12092016Headline:

La CPI expliquée /Mais Qui est Charles Blé Goudé, « le général » de la rue

ble goude500

Lors de son procès à la Cour pénale internationale (CPI), il est autant présenté comme « l’homme de paix » décrit par la défense que l’incitateur à la haine décrit par l’accusation. La qualité de mobilisateur et de disciple de Laurent Gbagbo a valu à Charles Blé Goudé, d’une façon ou d’une autre, d’être pami les pensionnaires de La Haye.

Par Antoine Panaite

Leader de la FESCI et du COJEP

Charles Blé Goudé, aussi connu comme « le général de la rue », a incarné pendant des années la voix de la jeunesse patriotique et des jeunes pro-Gbagbo. Né en 1972 à Niagbrahio, dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire, Blé Goudé adhère à la célèbre FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire) en 1990. Il y gravit alors les échelons avant de devenir en 1998 secrétaire général, succédant à Guillaume Soro.

C’est en 2001 que Blé Goudé crée finalement son propre mouvement : le Congrès panafricain des jeunes et des patriotes (COJEP), un groupe de pression qui vise à lutter contre contre le néo-colonialisme et l’impérialisme en Côte d’Ivoire et plus largement en Afrique.

Gbagbo ou rien

En 2002, Blé Goudé part à Manchester en Angleterre pour un passer un master en gestion et prévention des conflits. Mais peu de temps après la tentative de coup d’État de septembre 2002, il choisit de suspendre subitement ses études pour rentrer en Côte d’Ivoire.

Son action politique de 2002 à 2010 passe par plusieurs étapes. Certains retiendront, comme l’Organisation des nations unies (ONU), les « déclarations publiques répétées préconisant la violence », tandis que d’autres retiendront sa caravane de la paix de 2007 et son travail pour réconcilier les Ivoiriens. Un travail jugé par la défense comme représentatif du combat de Blé Goudé tandis qu’il est pour l’accusation une posture à visée purement politique.

Après l’élection présidentielle hautement contestée de 2010, Charles Blé Goudé est nommé par Laurent Gbagbo ministre de la jeunesse de la formation professionnelle et de l’emploi. Blé Goudé prend alors un rôle actif tout au long de la crise postélectorale et participe à de nombreuses manifestations. S’il appelle au dialogue entre les parties dans de nombreux médias, il appelle finalement à la résistance armée vers la fin de la crise, demandant à la télévision aux jeunes de s’enrôler dans les Forces de défense et de sécurité (FDS).

Après la déroute des forces pro-Gbagbo, il part en exil au Ghana où il sera arrêté en 2013 avant d’être extradé vers la Côte d’Ivoire puis, un an plus tard, envoyé à la CPI.

Accusé de crimes contre l’humanité commis pendant la crise postélectorale entre le 16 décembre 2010 et le 11 avril 2011, son procès aux côtés de Laurent Gbagbo a débuté le 28 janvier 2016 à La Haye.

ivoirejustice

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment