10172017Headline:

Nouvelle Constitution: les confidences de Soro Guillaume

soro-ado

Il était la grande attraction. Le président de l’Assemblée nationale, qui pourrait perdre son rang de deuxième personnalité de l’État si le poste de vice-président évoqué dans le projet de réforme constitutionnelle venait à être créé, était suivi de très près, mercredi 05 octobre au Parlement.
En cas de vacance du pouvoir en effet, selon le projet de nouvelle Constitution, il reviendrait au vice-président d’assurer l’intérim du président de la République. C’est ainsi qu’après le départ du chef de l’État, Guillaume Soro est happé par la cohorte de journalistes qui veulent en savoir davantage sur son appréciation du texte fondateur de la 3ème République. «On peut dire que ce projet de nouvelle Constitution n’est pas favorable au président de l’Assemblée nationale que vous êtes ?», demande un journaliste au chef du Parlement ivoirien. «Qu’est-ce que vous en savez ? Vous l’avez lu?», répond prestement Soro, l’air un peu agacé. Dans la foulée, il ajoute: «Nous avons reçu le texte aujourd’hui (mercredi, ndlr) et je prendrai le temps de le lire». Pas sûr d’avoir rassuré les hommes de médias, le député de Ferkessédougou va plus loin en livrant même des secrets sur la rédaction du nouveau texte. «Je dois vous dire que l’avant-projet portant Constitution ne m’est pas étranger. Le président, autant il en a parlé au président Bédié, il m’en a parlé. Il m’a vu. Nous avons travaillé en amont avant que ce produit semi-fini n’arrive à l’Assemblée nationale. Donc, je ne suis surpris de rien», révèle-t-il.

Le président du Parlement ivoirien qualifie la présence du chef de l’État à l’hémicycle de ” quelque chose d’exceptionnel, de rare et d’important”. Raison pour laquelle dans son discours officiel, ouvrant la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale, en présence du président Alassane Ouattara, mais aussi de l’ex-chef de l‘Etat, Henri Konan Bédié dans l’hémicycle, il a mis en avant le sourire éclatant des députés et l’optimisme débordant dont ils ont fait preuve. «S’ils sont encore plus joyeux, c’est qu’ils sont heureux de recevoir, pour la première fois dans cette enceinte, et au même moment, deux illustres personnalités, à savoir: le Premier magistrat en exercice de notre pays, le président de la République, Alassane Ouattara, et le président Henri Konan Bédié», indique-t-il.

Sur le texte à proprement dit, le président de l’Assemblée nationale traduit, pour sa part, l’engagement des parlementaires à jouer leur partition pour l’aboutissement du projet. «Au nom des députés comme en mon propre nom, j’exprime ici avec force que nous vous apportons notre soutien le plus ferme pour conduire à son terme cette réforme si importante pour l’avenir de notre pays», fait-il savoir parce que, pour lui, le temps est venu de faire preuve d’une audace dans les réformes et de laisser derrière soi les hésitations et autres ajournements qui sont autant de freins à l’évolution de la Côte d’Ivoire.

Poursuivant, Soro a rappelé quelques actions passées du président Félix Houphouët Boigny qu’il qualifie de «président fondateur», et d’évoquer Alassane Ouattara en le désignant comme le «président réformateur», sous les applaudissements des 231 députés et invités présents à cette cérémonie solennelle.

Linfodrome

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment