11202018Headline:

Politique nationale : Du nouveau dans l’affaire des drones chez Soro

Il y a du nouveau dans l’affaire des drones aperçus dans le village de l’épouse de Guillaume Soro.

Dans sa toute dernière parution de la semaine du 13 au 19 mai 2018, Jeune Afrique révèle, en effet, que les missions secrètes dépêchées dans le village de l’épouse du chef du Parlement, se sont rendues également à Ferkéssédougou, à la résidence de Soro. En fait, explique le confrère, ces missions avaient pour but de rechercher des caches d’armes supposées dans les résidences du président de l’Assemblée nationale aussi bien à Zakoua, le village de son épouse, que dans sa ville natale de Ferké. A cet effet, les hommes dépêchés étaient munis de drones, au moyen desquels ils entendaient détecter d’éventuelles armes qui auraient été planquées quelque part. Et cela dans la droite ligne de l’affaire Soul To Soul, du pseudonyme du Directeur de protocole de Soro, arrêté et jeté en prison, suite à une affaire d’armes qui auraient été découvertes dans sa résidence de Bouaké à la mi-mai 2017.

A relire: Espionnage de drone au village de son épouse, Soro accuse

L’autre révélation que fait la même source, c’est le fait que le chef du Parlement a pratiquement protesté auprès du chef de l’Etat, en le joignant directement par téléphone. C’est que, rapporte le confrère, Soro n’avait pas été officiellement saisi de ces missions visant à dénicher des armes dans ses résidences à l’intérieur du pays. Aussi s’en est-il plaint au chef de l’Etat. Toutes nos tentatives pour joindre le responsable de la communication du chef du Parlement aux fins d’en savoir davantage, sont restées vaines.

Ces missions, faut-il le rappeler, devaient s’étendre aux résidences de certains ex-chefs de guerre communément appelés com’zone. Avec toujours le même objectif: exhumer d’éventuels arsenaux de guerre. Et ainsi parer aux scénarios comme celui qui s’est produit à la mi-mai 2017 à Bouaké, quand des soldats insurgés ont tenu la dragée haute à leurs frères d’armes, venus les rappeler à l’ordre. Et cela, après avoir renforcé leur force de frappe grâce à des armes qui auraient été découvertes dans la résidence de Kamaraté Souleymane alias Soul To Soul, alors Directeur du protocole du président de l’Assemblée nationale.

 

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment