01192017Headline:

VIDEO/Côte d’Ivoire: Soro rompt le silence sur l’accolade avec Michel Gbagbo et prend une decision

Côte d’Ivoire: Soro revient sur l’accolade inattendue avec Michel Gbagbo et se propose comme médiateur pour résoudre la crise universitaire

–Le week-end politique a été marqué par l’accolade inattendue entre GuillaumeSoro etMichel Gbagbo  lors de la célébration des 20 ans du groupe Zouglou, Yodé et Siro, au palais de la culture de Treichville.

Les réactions ne se sont pas fait attendre et des personnes ont même qualifié ce geste de « Comédie », quand on sait le fils de l’ancien chef d’Etat a porté plainte en France, contre l’actuel président de l’Assemblée nationale pour traitements inhumains, lors de son arrestation en avril 2011.

La juge Sabine Kheris a même émis un mandat d’amener contre l’ex chef rebelle dans le cadre de cette affaire.

Recevant lundi l’artiste Petit Denis à qui il a promis de s’impliquer personnellement dans le concert qu’il compte organiser dans les jours à venir et à la redynamisation du Zouglou, « Bogota »est également revenu sur la scène jugée irréaliste samedi dernier au palais de la culture de Treichville.

Pour ce dernier ce geste était sincère, pour avoir été de bons amis par le passé. Quant à la plainte il la juge de circonstancielle et qu’il aura une rencontre avec le plaignant dans les jours à venir.

« Michel et moi on a des étudiants. Nous avons étudié ensemble. C’est vrai que nous avons des opinions différentes. Nous avons choisi des bords politiques différents. Nous avons eu deux itinéraires différents, mais nous ne sommes pas des ennemis .Nous sommes des amis et frères. Cette accolade est sincère », a-t-il indiqué à la presse, avant de se prononcer sur la plainte.

« Je sais qu’il a porté plainte contre moi. Mais la plainte est conjoncturelle. Elle est circonstancielle. Je le (Ndrl Michel Gbagbo) verrai dans les jours à venir pour qu’on parle. Lajustice  fera son travail. Mais Notre qualité de citoyen ivoirien survivra à la justice. »

Evoquant la crise universitaire, GuillaumeSoro  président de l’Assemblée nationale a indiqué lundi, qu’il ne pouvait pas rester indifférent face à cette situation, même si la séparation du pouvoir le lui oblige.

« Depuis quelques jours, je vois sur mon téléphone, dans les mails, beaucoup d’interpellations. Imaginez vous-même que je ne peux être indifférent malgré le principe sacro-saint de la séparation des pouvoirs qui veut que ça ne soit pas le président de l’Assemblée nationale de s’occuper au quotidien des questions de l’université », a –t-il déclaré.

Donatien Kautcha, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment