12152017Headline:

Zimbabwe/La destitution de Robert Mugabe se précise

La destitution de Robert Mugabe se précise au Zimbabwe. Le délai fixé à midi heure locale (11h00, heure suisse) pour annoncer sa démission a été dépassé sans que le président ait fait de nouvelle déclaration publique.

Les députés du parti au pouvoir, la Zanu-PF, vont de ce fait se réunir dans l’après-midi pour parler d’une procédure de destitution contre Robert Mugabe, a déclaré le chef de leur groupe parlementaire.

D’après la chaîne américaine CNN, qui cite une source au fait des tractations, le président zimbabwéen, au pouvoir depuis 37 ans, aurait accepté les conditions de sa démission. La lettre de démission aurait été rédigée. En vertu de cet accord sur sa démission, Robert Mugabe et son épouse Grace ont obtenu de bénéficier d’une immunité complète, ajoute CNN.

Allocution télévisée

Dimanche soir, dans une longue allocution à la télévision, Robert Mugabe a surpris son monde en n’annonçant pas sa démission. Plusieurs milliers de manifestants avaient défilé samedi à travers le pays afin de réclamer son départ.

 

Robert Mugabe aurait-il enfin accepté de quitter les rênes du Zimbabwe ? À croire la chaîne américaine CNN, le président déchu a rédigé sa lettre de démission et aurait accepté les termes d’un exil dans lequel l’accompagne son épouse Grace. Des affirmations faites sur la base d’une source proche des négociations avec les généraux qui ont pris le pouvoir à Harare la semaine dernière.

En substance, cet accord prévoit une “immunité totale” pour le président Mugabe et son épouse, précise CNN.

Dimanche, des sources dites proches du dossier avaient également annoncé que Robert Mugabe démissionnerait. Mais son discours prononcé dans la soirée devant la Nation avait surpris les Zimbabwéens ainsi que les observateurs de la vie politique du pays. Il avait en effet refusé de partir, insistant sur le fait qu’il présiderait le congrès de la Zanu-PF en décembre.

De l’avis de sources politiques contactées par Reuters, le président Mugabe avait bien l’intention de démissionner le dimanche. Mais il en a été empêché par le parti au pouvoir, qui ne voulait pas que sa décision soit officialisée en présence des militaires. Cela aurait confirmé la thèse du coup d’Etat, assurent ces sources.

La démission du président zimbabwéen pourrait donc survenir ce lundi. Encore que son parti a menacé de le destituer d’ici 10h00 GMT s’il ne quittait pas le pouvoir. Les anciens combattants, anciens alliés de Mugabe, ont également promis de légaliser en justice la prise de pouvoir des militaires mercredi.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment