01212017Headline:

Côte d’Ivoire Université Houphouët-Boigny – un campus des forces de l’ordre (reportage)

 

Campus_Activ (3)

Université Houphouët-Boigny – un campus mort sous surveillance policière (reportage)

Un peu plus d’un mois après le déclenchement de la grève des étudiants suivie ces derniers jours de celle des enseignants, l’Université de Cocody, la mère des universités ivoiriennes, est paralysée. Plus de cours, plus d’activités académiques. L’ambiance naguère grouillante avec les va-et-vient de son monde, les affluences devant les bureaux de la scolarité connaissent une baisse. La journée, quelques étudiants en manque d’informations, ceux qui veulent faire des révisions dans l’attente d’une hypothétique reprise des cours, viennent et retournent aussitôt.

Ce lundi 11 mai 2015, ils étaient encore là, le désespoir dans les visages face à ce statu quo lassant. A quand la reprise ? C’est la question que les étudiants se posent. Les profs, eux, ont leur réponse : L’université restera close tant que les revendications portant sur les conditions de vie et de travail ne sont pas satisfaites. Ils en ont marre ‘’d’être tournés en bourrique’’ et attendent cette fois des réponses concrètes du gouvernement. Les maîtres du savoir, entre autres revendications, veulent voir leurs salaires revalorisés, la prime de recherche aussi. Elle est en ce moment de 400 mille FCFA par enseignant-chercheur. Face au recrutement qui n’a pas encore atteint les objectifs escomptés pour un encadrement optimal des étudiants, les syndicats demandent que le tarif horaire des heures supplémentaires occasionnées pour ce fait, soient également revu à la hausse. A l’université ce taux est de 7 000 FCFA pour un professeur titulaire et 5 500 FCFA pour un maître assistant. Un taux d’il y a au moins dix ans.

Uni

Ce lundi-là, la navette électrique, don de Bolloré faisait son train-train habituel. Une fois n’est pas coutume, elle était parfois vide. Les manœuvres étaient à la tâche, les uns tondant le gazon, les autres revêtant les murs des bâtiments d’une nouvelle couche de peinture. De quoi maintenir la splendeur cosmétique d’une institution qui pourtant souffre de beaucoup de tares derrière cet habillage.

Ce lundi on notait une forte présence policière sur la cité. Les hommes en treillis ont été déployés pour étouffer une autre manifestation étudiante après celle de la semaine dernière dont les séquelles sont encore visibles devant le Chu de Cocody, mitoyen à l’Ufr des sciences médicales. Ici, des bris de vitres et du brûlis de pneus sont encore éparpillés sur la voie. Les policiers veillent au grain avec leur dispositif de dissuasion. Ils étaient postés aux différentes entrées sans procéder à des fouilles. On les retrouve également aux endroits sensibles du campus. Les rares étudiants qui viennent et retournent ne se préoccupent pas tellement de leur présence. Dans tous les cas, nous explique un syndicaliste étudiant, l’heure est à la concertation pour les futures actions à mener si le gouvernement reste de marbre. Ce syndicaliste porte encore les cicatrices de la dernière répression policière devant la télévision nationale.

Selon ses informations, une visite du chef de l’Etat Alassane Ouattara sur le campus de l’université Houphouët-Boigny, est attendue. Il devrait répondre à des doléances. Mais pour un étudiant exaspéré par cette situation, la solution à leurs problèmes n’est pas dans le ‘’spectacle politique’’. « Nous voulons aller à l’école et nous attendons des solutions aux problèmes posés. On n’a pas forcément besoin de venir sur le campus pour les donner. Nous en avons assez de cette récupération politique de nos difficultés », réagit-il à cette annonce sur la venue du chef de l’Etat sur le campus.
Plus d’un mois que le blocage persiste. Le déclic viendra-t-il de la visite de Ouattara ? Pour l’heure l’université reste une grande malade.

SD à Abidjan

connection

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment