10182017Headline:

France /Assurance chômage : ce qui va changer à partir de 2018 avec le president Macron

 La réforme de l’assurance chômage sera mise en oeuvre à compter de l’été 2018, a annoncé le gouvernement ce mardi. Grande nouveauté : son ouverture aux indépendants et aux salariés démissionnaires.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe veulent mener six réformes sociales dans les 18 prochains mois, selon le «programme de travail pour rénover notre modèle social» remis ce mardi aux partenaires sociaux. La réforme de l’assurance chômage sera elle mise en oeuvre à compter de l’été 2018. Le Figaro fait le point sur ce qui va changer.

• L’ouverture aux indépendants et aux salariés démissionnaires

«Progressivement mise en oeuvre à compter de l’été 2018», la réforme de l’assurance chômage va ouvrir ce système à deux nouvelles catégories: les indépendants et les salariés démissionnaires. Mais attention – pour ces derniers – ce droit ne sera utilisable qu’une fois tous les cinq ans afin de limiter les abus.

Cette mesure était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Dans son programme de campagne, le candidat s’était prononcé pour une «assurance-chômage universelle». L’ex-ministre de l’Économie déclarait: «Nous permettrons à tous les travailleurs d’avoir droit à l’assurance-chômage. Les artisans, les commerçants indépendants, les entrepreneurs, les professions libérales, et les agriculteurs disposeront, comme les salariés, de cette protection». L’actuel chef de l’État poursuivait: «Nous ouvrirons les droits à l’assurance-chômage aux salariés qui démissionnent». Emmanuel Macron met désormais en oeuvre cette réforme.

• Combien va coûter cette mesure?

Selon l’institut Montaigne – un think tank libéral – l’extension de l’assurance chômage aux salariés démissionnaires et aux indépendants pourrait coûter 4,8 milliards d’euros dans un scénario médian. Dans un scénario maximaliste, son coût pourrait s’élèver à 8,7 milliards.

Pour équilibrer financièrement le régime, Emmanuel Macron fait le pari d’une forte baisse du chômage. Il vise un taux de chômage de 7 % en fin de quinquennat. Cette baisse du chômage générerait une diminution des dépenses d’indemnisation et – dans le même temps – le retour à l’emploi de certains travailleurs conduirait à un surcroît de recettes. Selon l’institut Montaigne, si cet objectif de 7% est atteint, «les gains totaux en dépenses et recettes sont estimés à 25,2 milliards d’euros».

• Les autres points de la réforme

La réforme de l’assurance chômage comprend aussi d’autres éléments. Ni la durée, ni le montant de l’indemnisation chômage actuels ne seront modifiés. Début mai, avant l’élection d’Emmanuel Macron, un texte réformait toutefois la règle de calcul de l’allocation, en durcissant notamment l’indemnisation des chômeurs de plus de 50 ans. Par ailleurs, dans son programme, Emmanuel Macron expliquait que «l’insuffisance des efforts de recherche d’emploi ou le refus d’offres raisonnables entraîneront la suspension des allocations». En février 2017, il déclarait notamment: «Un chômeur pourra refuser un emploi, mais pas deux».

lefigaro.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment