05262017Headline:

Ilse se couche chez une amie, le lendemain matin, rien n’est plus comme avant! son histoire

Cody Dietz de York en Pennsylvanie est un ado comme les autres. Il adore passer du temps avec les copains et découche souvent pour dormir chez eux. C’est ce qu’il faisait cette fameuse nuit de l’année 2008 où sa vie a basculé du tout au tout.

Le lendemain, Bonnie, la mère de Cody, tente désespérément de le joindre sur son portable quand ce dernier ne rentre pas comme il le lui avait pourtant dit. Peu de temps après, toujours sans nouvelle, elle sent que quelque chose ne va pas. Elle essaie à nouveau de le joindre, encore et encore, mais ce dernier ne répond pas. Bonnie est paniquée!

Le téléphone finit par sonner, mais ce n’est pas Cody. C’est son amie qui leur raconte que Cody est incapable de se lever et qu’il murmure des choses tout à fait incompréhensibles. Cette dernière place le téléphone au-dessus de la bouche de Cody et ses parents ne parviennent à entendre que des bruits et murmures bizarres à l’autre bout du fil.

 

Les parents de l’adolescent savent que quelque chose de grave est en train de se produire et décident d’appeler les secours au plus vite. Sur place, les secours suspectent un AVC. Cody est transporté d’urgence vers l’hôpital le plus proche en avion et le diagnostic confirme ce que les secours suspectaient : un AVC. L’état de l’adolescent préoccupe le neurologue de l’hôpital, Dr. Ray Rechwein : “La chronologie du diagnostic est cruciale dans ces cas-là. Le patient a plus de chances de récupérer s’il est pris en charge dans les six heures suivant l’AVC. Or, Cody n’a été emmené qu’après 12 heures”, explique-t-il. L’état de Cody est critique et une IRM révèle que l’AVC s’est produit dans l’hémisphère gauche du cerveau. Les chances de survie sont moindres, seulement 20 %.

 

Le temps écoulé entre l’accident vasculaire cérébral et l’arrivée à l’hôpital de Cody oblige les médecins à avoir recours à une chirurgie très compliquée dans laquelle il leur faut retirer le haut du crâne pour diminuer la pression sur le cerveau. Ils doivent également réduire la température du corps de l’adolescent à 33°C, une procédure utilisée chez les patients opérés à coeur ou cerveau ouvert. Le refroidissement du corps réduit ainsi la consommation d’oxygène du cerveau et empêche que les cellules ne meurent. Après l’opération, Cody passe trois semaines plongé dans un coma artificiel, pendant que ses parents, anéantis, craignent pour sa vie.

 

Alors que Bonnie est assise à son chevet tentant de garder espoir, elle se rappelle que Cody avait montré des signes avant-coureurs une semaine avant l’accident. Il s’était mis à parler tout doucement, avait du mal à articuler et tremblait constamment. La raison de ce comportement étrange est désormais évidente pour cette maman complètement dévastée.

 

Lorsque les médecins sortent Cody de son coma, les dégâts occasionnés par l’AVC sont frappants : il souffre d’un hémiplégie (côté droit) et il ne peut plus parler ni écrire. Les médecins préviennent les parents que le rétablissement et la rééducation seront longs et sûrement partiellement efficaces. Ils préfèrent les préparer au pire.

Mais, il semblerait que Cody en ait décidé autrement : seulement quatre semaines après l’AVC, Cody surprend tout le monde en retrouvant l’usage de la parole. Après deux années de rééducation, Cody se retrouve en parfaite santé. Un véritable miracle !

Après cette terrible expérience, Cody décide de consacrer sa vie à la sensibilisation des adolescents et parents aux symptômes liés à un AVC. “J’aurais aimé avoir consulté un médecin avant que cela ne m’arrive, mais qui aurait pu imaginer ça ?”, déclare Cody. Bonnie tente elle aussi de sensibiliser les gens sur les risques et symptômes à déceler comme les sensations de faiblesse, une paralysie faciale, des mots inarticulés et des problèmes de vue. “Si j’avais un conseil à donner aux parents, ce serait de ne surtout pas ignorer les signes troublants apparaissant chez leurs enfants, dit-elle.

Le problème des AVC est qu’ils sont difficiles à identifier. Nombreuses sont les personnes qui pensent que seules les personnes âgées peuvent en être victimes et ignorent les symptômes lorsqu’ils apparaissent chez des personnes plus jeunes ou chez les enfants. L’ironie dans tout ça est que les médecins ont remarqué une recrudescence de ce genre d’accidents chez les adolescents à cause d’un mode de vie basé sur l’excès. Beaucoup d’adolescents boivent, fument et prennent de la drogue en pensant que leur jeunesse les met à l’abri de tout et les rend presque invincibles, or certains apprennent, parfois de la plus grave des façons qui soit, qu’ils sont comme tout le monde et risquent autant que leurs aînés. Ainsi, lorsque les ados et leurs parents sont informés des risques et des symptômes, des accidents peuvent être plus facilement et rapidement évités.

Voici l’histoire de Cody en vidéo (en anglais) :

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment