07232017Headline:

Côte d’Ivoire /Menace terroriste ;Plusieurs islamistes débarquent au Nord/De graves révélations

terroriste attentat bassam parrain 1

Menace terroriste en Côte d’Ivoire/ Plusieurs présumés islamistes débarquent au Nord

De graves révélations sur ces mystérieux individus
Leurs plans secrets dans les villages

Les Forces spéciales de la gendarmerie nationale, des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) et de la Police nationale devraient redoubler de vigilance et d’ardeur dans la difficile lutte contre le terrorisme.

De sources sécuritaires concordantes font état de ce qu’un important convoi d’islamistes qui se font passer pour des soufis, ont marqué une escale dans la ville de Tengrela (848 km au nord d’Abidjan) depuis quelques jours.

En provenance du Mali voisin, les populations locales qui ne voyaient aucune menace dans leur présence au départ ont finalement décidé d’alerter les forces de l’ordre. Car ne s’étant pas contentés de la seule ville de Tengrela, ces « Soufis » ont envahi presque tous les villages. « Nous les avons acceptés comme nos frères, mais les prêches enflammés qu’ils font n’ont rien à voir avec ce que nous enseignons à nos fidèles d’ici. Nous sommes non seulement inquiets, mais ils observent les gestes des villageois et se renseignent beaucoup sur les voix d’accès et de sortie, et les positions des forces de l’ordre. Nous avons peur », a révélé un habitant joint au téléphone, ce vendredi 13 mai 2013 à Kanakono, à vingt-quatre (24) kilomètres de Tengrela où une « population soufiste » a pris pied.

Cet habitant soutient également avoir informé les autorités préfectorales. Ces autorités, selon nos sources, ont diligenté une enquête afin de suivre les mouvements de ces étrangers. Cette enquête confiée aux forces de l’ordre va permettre de découvrir l’existence d’une secte islamiste du nom d’Association Thoifatoul Kadria Al Hassania de Côte d’Ivoire (Atkah-ci). O. Mamadou, qui serait le responsable, a brandi un récépissé dont l’authenticité est train d’être vérifiée par les autorités.

Les autorités préfectorales auraient demandé aux forces présentes dans leur zone de compétence, de ne pas baisser la garde. De leur côté, les éléments sur place devraient informer leurs responsables à Abidjan pour donner une suite à ces mouvements de personnes. Mais une note émanant de ces forces de sécurité est on ne peut plus clair : « Leur présence n’augure pas de meilleur avenir lorsqu’ils sont dans une ville, car ils serviraient d’agents de renseignement aux Djihadistes pour mener des actions subversives à l’encontre des populations ».

Rappelons que cette zone septentrionale de la Côte d’Ivoire a été secouée récemment par la mort d’un agriculteur à la suite d’un affrontement. Cela a été suivi, quelques jours plus tard, de l’arrestation de deux militaires et un policier ivoiriens qui auraient violé le territoire malien. Après un interrogatoire, ils ont été remis aux autorités ivoiriennes en présence du maire et du préfet de Fakola, première localité malienne. Bien avant, un militaire ivoirien a été victime d’une fusillade lors d’une tentative de médiation pour libérer les trois éléments des forces de l’ordre gardés pendant deux jours à la brigade de Fakola.

M’BRA Konan

linfodrome.com,

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment