10222017Headline:

Côte d’Ivoire /Mutirerie /Un ex-Fds contredit le gouvernement: «Les soldats (accord de Ouaga) n’ont perçu ni prime, ni salaires»

Suite au communiqué du gouvernement sur la situation sécuritaire du pays, un élément des ex-Fds qui a requis l’anonymat a apporté une réplique aux propos tenus par Bruno Koné, porte-parole du gouvernement. Celui-ci tentait de justifier le paiement de 12 millions de FCFA par personne aux soldats mutins, selon un accord entre ces derniers et le gouvernement d’Alassane Ouattara.

« Il est à noter que ces soldats, issus des Ex-Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN), avaient été désignés pour participer à des opérations de sécurisation du processus de sortie de crise, de 2007 à 2011. Les dispositions de l’Accord Politique de Ouagadougou prévoyaient à l’époque, leur prise en charge par le budget de l’Etat. Durant toute cette période, ces soldats n’ont perçu ni prime, ni salaire, contrairement aux autres soldats », fait savoir le communiqué du gouvernement en date du 18 janvier 2017.
Pour l’ex-Fds, qui dit avoir été un témoin de la mise en œuvre de l’accord de Ouaga, ces propos relèvent du mensonge d’Etat. Puis d’ajouter : « L’accord de Ouagadougou ne saurait profiter aux seuls ex-Fafn car dans sa mise en œuvre a été créé le CCI (centre de commandement intégré, Ndlr). Dans cet accord, nous, ex-Fanci et ex-Fafn, étions en nombre paritaire. Selon l’APO (Accord politique de Ouaga, Ndlr), 5000 ex-Fanci et 5000 ex-Fafn et nous étions tous payés pour une prime de présence allant de 100.000 FCFA à 1.500.000 FCFA, selon le grade et une prime alimentaire de 2000 FCFA par jour. Et il y a eu du retard dans le payement de ces primes pour les éléments constituant le centre de commandement intégré. En plus, les 5000 éléments des ex-Fafn touchaient un salaire forfaitaire en attendant leur intégration dans l’armée où ils devraient émarger sur le budget de la défense nationale. Donc dire qu’ils ont des dus est archi-faux. »

Selon la même source si l’on devait tenir compte des arriérés de paiement en raison des retards évoqués, le total dû ne saurait atteindre 5 millions de FCFA à plus forte raison 12 millions.
SD à Abidjan

connectionivoirienne

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment