09192017Headline:

Guerre maquillées, Medias mafieux: RFI, FR24 RFI, FR24, FR2, BBC, TV5, CNN Et autres ont contribué à la chute de Gbagbo

 

Ils étaient tous là, les Médias Français et étrangers, à suivre et à commenter la guerre en faveur des rebelles qui se battaient pour installer Alassane Ouattara au pouvoir. Ce sont ces mêmes rebelles dirigés par Soro qui avaient divisé la Côte d’Ivoire en 2002. Cette fois-ci, la Licorne et l’ONU étaient entrées en guerre contre l’Armée Ivoirienne, les FDS. Donc ces Médias étaient en mission commandée pour renverser le Président Gbagbo. Des faits probants corroborent notre thèse, et nous amènent à réfléchir sur ce métier, pourtant noble qui prend de plus en plus de tournures de mercenaires de guerre chez certains journalistes, certainement formés pour la cause.

Selon les constats dans la crise Ivoirienne, LEUR ROLE était de diaboliser le Président Gbagbo, et distiller des mensonges tels que: « Gbagbo utilise des armes lourdes pour s’attaquer à la population civile. Gbagbo le dictateur, tue tous ceux qui portent des boubous dans le pays; non Gbagbo, est-ce que ça valait la peine tout ça?… Le peuple Ivoirien est xénophobe. Il n’aime pas un Musulman et un homme du Nord à la tête de la Côte d’Ivoire…etc. »  Et comme des Hyènes et autres carnivores affamés qui se ruent sur leur proie pour la dévorer, ces Médias n’ont eu aucune pitié pour le Président Laurent Gbagbo, tout au long de cette longue crise.

LEUR MISSION: Légitimer des rebelles que Jacques Chirac avait rebaptisé Forces Nouvelles (FN) à Linas-Marcoussis, tronquer la vérité en présentant les forces rebelles (Licorne Française, ONU-CI et mercenaires de Ouattara et Soro) comme des victimes pour ternir l’image des FDS comme étant les bourreaux de la population civile, aux ordres du Président Gbagbo.

LEUR OBJECTIF: Installer Alassane Ouattara au pouvoir en le faisant passer pour un homme de dialogue, de paix qui tend la main, que Laurent Gbagbo refuse et s’accroche au pouvoir. « Alassane Ouattara, l’avenir de la Côte d’Ivoire; Gbagbo, un dictateur qui s’accroche au pouvoir alors qu’il a perdu les élections… » titraient-ils parfois.

Lors de la dernière interview du président Gbagbo avec ce journaliste de LCI TV le 5 Avril 2011, quelques jours avant son arrestation, ce dernier dévoile enfin le projet contre lui à travers la question suivante: « Mr. Le Président, n’avez-vous pas peur de mourir? » Et au Président Gbagbo de répondre: « Bèh, monsieur, on ne fait pas la politique pour mourir… » Avant de le bénir en disant: « Mr. Le Président, je vous souhaite longue vie. » Et le Président Gbagbo de lui répondre: « Merci beaucoup, longue vie à vous aussi… »

Quant à Michael Kooren/REUTERS/Netherlands, qui écrivait ce qui suit: « the civil war sparked by the refusal of Laurent Gbagbo to accept the election victory of rival Alassane Ouattara.”

“La guerre civile de 2011 a été déclenchée par le refus de Laurent Gbagbo d’accepter la victoire électorale de son rival Alassane Ouattara. »

N’est-ce pas ce qui explique le comportement de la CPI qui aurait déjà jugé et condamné le Président Laurent Gbagbo comme responsable de la guerre civile, en prolongea le procès?

Bernard D’esgagne, Journaliste Canadien, le 22 Février 2013- Dans sa lettre au procureur: « le parti-pris de la CPI crève les Yeux. » Il écrit ce qui suit.

«…Qu’en est-il de la tentative de coup d’état perpétré contre le Président Gbagbo le 19 Septembre 2002? En Novembre 2004, avons-nous rêvé tous de voir les soldats Français tuer ou blesser des centaines de manifestants sans armes devant l’Hôtel Ivoire ainsi que des personnes qui ne faisaient que circuler sur les ponts? Mais non, les soldats Français ne se sont pas égarés, à bord de leurs blindés dans les rues d’Abidjan. Ils ne se sont pas retrouvés à deux pas du Palais Présidentiel, ils n’ont pas été empêchés par des Ivoiriens ordinaires, toujours sans armes, de perpétrer leur coup d’état? Nous avons halluciné! La CPI s’intéresse-t-elle aux faits ou à la sélection des faits? S’inscrit-elle dans l’histoire ou fabrique-t-elle un récit pour consommation médiatique et littérature révisionniste? En somme, l’affaire est déjà jugée avant le procès. Le CPI a décidé que Laurent Gbagbo avait perdu les élections. Pourtant, le résultat électoral est au cœur même du litige. La prétendue victoire d’Alassane Ouattara proclamée par les fonctionnaires corrompus de l’ONU, les chefs d’états de l’Otan et les patrons de la (Presse Menteuse) n’est-elle pas contestée par l’accusé? »

En effet, les guerres se planifient à quatre niveaux: 1- la conception entre quatre murs, 2- le financement, 3- la vente et la médiatisation et 4- la phase militaire.

Les guerres constituent une source importante d’enrichissement pour les concepteurs, les acteurs et les Médias dont le rôle ne se limite pas seulement à informer l’opinion nationale et internationale mais surtout, servant de medium de propagande pour faire avancer leurs agendas cachés. La France en reconquête de ses anciennes colonies n’a autre choix que d’imposer des guerres fratricides à ces anciennes colonies afin de les assujettir.

DÉSINFORMATION et MANIPULATION des Médias Internationaux?

Désinformation et manipulation sur le génocide Rwandais- « les Médias Français et le génocide des Tutsis. » Jean François Dupaquier.

 « Pendant la guerre du Vietnam, un journaliste exerçait son métier en liberté. Mais pendant la guerre du Golfe, les Américains ont dit à la presse: Vous êtes des citoyens Américains. Vous ne pouvez pas vous situer en dehors des intérêts de l’état. Vous ne pouvez pas informer comme vous le voulez… »  Hermando Calvo Espina, (Dissidents ou mercenaires) p 149.

« Jamais aucun militaire n’aurait intérêt à ce que la guerre soit montrée telle qu’elle est… »

Stan Crock, Journaliste du Business Week, USA

Les Médias ont donc une feuille de route; un but, une mission et un objectif qui, la plupart du temps passent inaperçus du grand public car très peu y prêtent attention. En plus des Médias, toutes les ONG de droit de l’homme: HRW, Amnesty International, Caritas, etc., étaient tous sur le terrain pour suivre le processus d’installer d’Alassane Dramane Ouattara au pouvoir. Conséquences: avec plus de 2 Millions de morts, sans exagération, il fallait inventer un chiffre moins choquant, et ils ont pondu le chiffre de (3000 morts) qui n’a plus jamais varié.

Sept ans après, la Côte d’Ivoire est défigurée et tous ceux qui ont mené cette vaste campagne de dénigrement de la Côte d’Ivoire et son Président, se sentent aujourd’hui éhontés. Au lieu d’un gouvernement qui met en place un état normal démocratique, c’est une bande d’affairistes étrangers venus s’enrichir (se rattraper) disent-ils, sur le dos du peuple meurtri. Comment alors remédier à la situation?

TEMPS DE LA REHABILITATION?

Selon les adages suivants, « quel que soit la durée de la nuit, il finit par faire jour. » Aussi, ne dit-on pas que: « le mensonge prend vite du terrain, en prenant l’ascenseur. Quant à la vérité, elle est lente car elle prend les escaliers. »

Maintenant que la situation est pourrie, à qui l’Ivoirien doit maintenant s’adresser pour qu’il y ait réparation? Plus d’interlocuteur crédible pour les Ivoiriens qui ont tout perdu: leur dignité, leur pays, leurs institutions, leurs parents, leur droits élémentaires…etc.

Plus d’hommes capables pour assumer courageusement la responsabilité de la destruction de la Côte d’Ivoire. L’ONU est toujours présente sans être inquiétée outre mesure. Les dirigeants Français ont subitement arrêté de gueuler comme s’ils avaient le droit d’agir comme ils l’ont fait en Côte d’Ivoire. La licorne est toujours présente au 43 e BIMA, comme sur un territoire conquis.  Quant aux Médias qui avaient pour mission de jeter l’huile sur le feu, ils vaquent tranquillement à leurs occupations comme si de rien n’était: «Job well done! Mission accomplie.» D’ailleurs qui osera porter plainte contre ces Médias qui ne faisaient que faire leur travail? Et sur quelle base?

1-Le Président Gbagbo devra être non seulement réhabilité, mais ramené là où il a été enlevé.

2-La Côte d’Ivoire devra être reconstruite et les familles des victimes devraient être dédommagées.

3-Les biens expropries devraient être rétrocédés.

4-La CPI devrait à présent envisager (libération et réhabilitation) au lieu de continuer à distraire le monde.

NOUS IRONS JUSQU’AU BOUT CAR C’EST DIEU QUI EST FORT

Daman Laurent Adjehi

Auteur/Écrivain

Edit En Chef- www.ivoirenewsinfo.net-USA

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment