11202017Headline:

Mediapart “Bensouda prise en flagrant délit de mensonge sur ses accointances avec Ocampo” ce qu’elle avait dit,,

Bensouda prise en flagrant délit de mensonge sur ses accointances avec son prédécesseur révélées par Mediapart

Suite aux premières révélations publiées par Mediapart établissant une implication de Fatou Bensouda dans les scandales qui éclaboussent l’ex-procureur Ocampo, la magistrate d’origine gambienne s’est repandue dans la presse à travers des communiqués où elle a réfuté tous liens avec son prédécesseur dans ces affaires de corruption et de trafic d’influence. En clair la Procureur Fatou Bensouda a insisté sur le fait qu’elle n’avait ni pris contact ni demandé conseil ou bien collaboré avec Ocampo à l’égard de tout procès en cour à la CPI .

Cette version est malheureusement contredite par un e-mails qu’elle a envoyé à Ocampo le 4 septembre 2013, et révélés par Standard Digital du 15/10/2017:

« Dear Luis, I hope you are well. I am worried about the Kenya cases generally. Nothing new is happening apart from the fact that we are preparing for trial for September 10,” she wrote on September 4, 2013.

“The level of witness tampering and intimidation and bribery is unprecedented. Many witnesses in the Ruto case are turning. The defence, on the other hand, is accusing us of this grand conspiracy by us and civil society and diplomats to coach witnesses. They threaten an Art. 70 proceedings,” she added.

Re-assuredly, she comforted herself: “Anyway we are dealing with all that. On the other front that we discussed, if we can talk, I will update you.”

Ainsi donc, il apparaît clairement que le courrier en anglais dont la traduction en francais vous ai proposée ci-après montre que la Procureur Fatou Bensouda a menti sur ses accointances avec son prédécesseur.

traduction francais

« Cher Luis, j’espère que tu vas bien. Je suis préoccupée par les cas du Kenya en général. Rien de nouveau ne se passe en dehors du fait que nous nous préparons pour le procès pour le 10 septembre .

La défense nous accuse de cette grande conspiration par nous et les diplomates pour emmener des témoins à mentir. Ils menacent des procédures de l’Article 70.

Quoi qu’il en soit, nous avons affaire à tout cela. Sur l’autre front que nous avons discuté, si nous pouvons parler, je vais vous mettre à jour.»

Rappelons que ces révélations de Mediapart ont déjà coûté à deux fonctionnaire de la CPI d’être suspendus de leur fonction comme l’indique une information relayée par RFI depuis le samedi 14 octobre 2017 sous le titre «la Cour pénale internationale au coeur de la tourmente : deux de ses fonctionnaires ont été suspendus, une enquête interne a été ouverte ».

Eburnienews

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment