06032020Headline:

Côte d’Ivoire : Amadou Gon Coulibaly risque de perdre ses privilèges auprès du Président Ouattara

Désigné candidat du RHDP à la présidentielle ivoirienne d’octobre 2020, Amadou Gon Coulibaly, “AGC”, fait de plus en plus l’objet de questionnement sur les bords de la Lagune Ébrié sur sa capacité à endosser ce costume de “Dauphin”. En campagne avant l’heure, le Premier ministre ivoirien s’est attiré les foudres de son mentor, Alassane Ouattara.
Tout est parti de l’échec de la mise en quarantaine de dizaines de passagers en provenance de France et de Chine mi-mars 2020. L’incident avait provoqué un tollé et obligé plusieurs ministres à s’expliquer sur les faveurs accordées à des familles de hautes personnalités ivoiriennes. Selon les informations exclusives de LSI AFRICA, ce “deux poids deux mesures” aurait irrité au plus haut point le président ivoirien Alassane Ouattara qui a dû procéder à un recadrage en règle de son Premier ministre dont la responsabilité était clairement engagée dans le dossier. “Le ton était ferme”, nous a confié notre source au sein du palais présidentiel ivoirien avant de poursuivre : “Le président lui a dit les choses dans un langage clair, cela ne devrait plus se produire car l’image renvoyée à l’opinion était désastreuse”, fin de citation. Mais cet incident n’était visiblement que le premier….

La campagne électorale avant l’heure…
Des dons de porte à porte aux familles défavorisées avec des interviews réalisées par des pseudos journalistes militants du RHDP, des sachets d’eau à l’effigie du candidat Amadou Gon Coulibaly, etc. Les dons effectués ça et là au nom du Premier ministre ivoirien passent de plus en plus mal dans l’opinion au point de parvenir aux oreilles du Chef de l’état ivoirien. Agacé, Alassane Ouattara a de nouveau interpellé son Premier ministre sur cette récupération politique maladroite de ses partisans et menacé de sévir. Si l’intéressé a d’abord nié toute implication dans ces initiatives, il a très vite été confondu par les rapports détaillés déposés sur le bureau d’Alassane Ouattara. Les rapports indiquent une implication stratégique et financière de Amadou Gon Coulibaly lui-même. Pris dans la nasse, AGC a instruit ses services de communication de produire un communiqué pour tenter de déminer le bad buzz. Trop tard. Soumaila Koné est un vendeur de téléphones portables à Abobo. Ce militant de première heure du RDR est révolté : “c’est honteux ce qu’il fait, il veut surfer sur la pauvreté des populations pour recueillir des voix, c’est contraire aux prescriptions du Coran. On ne lui pardonnera pas cette trahison”, a-t-il lâché.

Des épouses encombrantes
Elles étaient jusque là méconnues du grand public. En une trentaine d’années de carrière politique, les épouses de Amadou Gon Coulibaly ne s’étaient jamais ouvertement engagées en politique. Mais depuis plusieurs mois, elle sont devenues très actives dans la politique et le milieu des affaires, au point de faire l’objet de notices régulières des services de renseignements ivoiriens. Aux domiciles respectifs des épouses Coulibaly, c’est un ballet incessant de laudateurs, de militants et sympathisants du RHDP. Des prières et des cérémonies de sacrifice sont régulièrement organisées, des soutiens financiers à différents projets des femmes et des jeunes, des dons de tout genre, l’argent coule à flot.

Au Palais présidentiel, la situation a fortement agacé “ADO”, au point que ce dernier a demandé une quarantaine forcée à son Premier ministre au mois de mars dernier. Car, contrairement au communiqué signé du directeur de cabinet Emmanuel Ahoutou Koffi qui annonçait un auto-confinement du Premier ministre après avoir été en contact avec une personne testée positive, ce sont les visites incessantes orchestrées par ses épouses qui ont inquiété le président ivoirien. Alassane Ouattara qui connaît mieux que quiconque le dossier médical de son Premier ministre a préféré jouer la carte de la prudence pour éviter le COVID-19 à son dauphin, nous indique un visiteur nocturne du président ivoirien.

Erreur de casting…
Plusieurs cadres influents du RHDP apportent publiquement leur soutien au successeur désigné du président ivoirien Alassane Ouattara depuis plusieurs semaines. Mais derrière les sourires et appels à la mobilisation, c’est la soupe à la grimace. Joint par téléphone, un cadre du RHDP a accepté de répondre à nos questions uniquement sous anonymat. Cet ancien ministre est formel : “Amadou Gon Coulibaly manque de charisme, c’est une évidence, il n’est pas rassembleur et sa communication l’enfonce chaque jour. Il n’a pas simplement l’étoffe, mais c’est le choix du président, nous étions obligés de nous aligner”, a-t-il conclu avec une pointe d’aveu de faiblesse.

A huit mois de l’élection présidentielle ivoirienne, Amadou Gon Coulibaly, dauphin désigné du président Ouattara a du mal à convaincre. Communication, charisme, mobilisation, stratégies et projets politiques marquent le pas. Pendant ce temps, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont toujours en attente d’un dénouement pour leur procès et Guillaume Soro, leader de Générations et Peuples solidaires est contraint à l’exil depuis le 23 décembre 2019. De source crédible, on apprend que plusieurs cadres historiques du parti RHDP prédisent un avenir politique à la “Ramazani” à AGC. En, effet, Emmanuel Shadary Ramazani fut le dauphin désigné de Joseph Kabila en RD Congo. Malgré les moyens colossaux dont il disposait, il n’a pu s’imposer lors de la présidentielle congolaise, battu par Félix Tshisekedi. AGC et Ramazani, même destin ? Wait and see !

Avec isi-africa

Comments

comments

What Next?

Related Articles