10192018Headline:

En décidant, au terme du bureau politique de Daoukro, de se retirer du Groupement politique Rhdp, Henri Konan Bédié et ses hommes ont très certainement élargi le fossé.

En décidant, au terme du bureau politique de Daoukro, de se retirer du Groupement politique Rhdp, Henri Konan Bédié et ses hommes ont très certainement élargi le fossé avec Alassane Ouattara et le reste de la coalition.

Avant Daoukro, le sphinx, avec son parti, s’était retiré du processus de création du Rhdp en tant que parti ; ce qui faisait espérer quelques rares optimistes tels Patrick Achi et Ahoussou Kouadio Jeannot, que le fil du dialogue ne s’était pas totalement rompu et qu’il existait, quelque part, une once d’espoir. La partie qui s’est jouée ce lundi 24 septembre, dans la ville natale de Henri Konan Bédié, n’a, pourtant, rien d’un hymne à la réconciliation. Et l’une des conséquences du retrait du Pdci-Rda du Groupement politique « Rhdp » est inéluctablement la fin de la gestion collégiale du pouvoir.

Pour être logique, Henri Konan Bédié devrait appeler à la démission des cadres « Pdci » exerçant des fonctions politiques, notamment ceux membres du gouvernement « Gon Coulibaly ». S’il est vrai que M. Bédié relevait, le 11 juillet 2018, n’avoir ni été consulté, ni informé, pour la formation du gouvernement Gon III, il n’en demeure pas moins vrai que des personnalités encartées Pdci-Rda figurent bel et bien dans cette équipe. Au surplus, continuer de siéger au gouvernement serait synonyme, pour les cadres Pdci, de renonciation à leur parti d’origine.

Une source proche d’Alassane Ouattara nous indiquait, dans la soirée de lundi, que le chef de l’État « tirera les conséquences » du retrait de son désormais ex-allié de la plateforme signée à Paris, le 18 mai 2005. « Tirer les conséquences » pourrait signifier « adapter » sa gouvernance au nouveau contexte politique. Dans ce sens, un remaniement ministériel après les élections locales du 13 octobre n’est plus de l’ordre de la probabilité.

Daoukro a donné mandat à Henri Konan Bédié d’engager « des négociations pour la mise en place d’une plateforme de collaboration avec les forces vives de la nation et les partis politiques qui partagent sa vision d’une Côte d’Ivoire réconciliée et pacifique ». On comprend bien que, pour le Pdci, la page du Rhdp est totalement tournée. Alassane Ouattara ne l’ignore sans doute pas.

Kisselminan COULIBALY

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment