10232017Headline:

libre opinion /”Focus-La misère du peuple: Chers Ivoiriens, émergeons le ventre et les poches vides… !”

Focus-La misère du peuple: Chers Ivoiriens, émergeons le ventre et les poches vides… ! Imitons la France !
Les Ivoiriens peuvent crier longtemps encore; aussi longtemps qu’ils voudront. Mais les autorités n’auront d’oreilles pour entendre ces « jérémiades ».  « Le président et ses ministres sont plutôt occupés à bâtir une nation émergente à l’horizon 2020 » comme le dit la « chanson  politique » à la mode sociétale des temps nouveaux. A la fin de votre prière qui sonne comme une galère, dites « Amen ! ». Disons autrement un écrivain selon qui « une prise de conscience du peuple ivoirien, un facteur déterminant pour le choix des responsables politiques supposés dignes et compétents » est une décision du cœur.

La misère du peuple

La misère du peuple dans notre Côte d’Ivoire prospère il y a quelques années ne sait plus se décrire. La crise économique s’accentue en cette fin de seconde décennie pour ne pas dire qu’elle va de mal en pire. La convention humaine à la vie revient à la liberté du commerce de ceux qui peuvent encore. Pour le reste, la lutte se résume en  des prix qui subissent une hausse vertigineuse. Presque tout concourt à la détresse : inflation, chômage, mauvaises récoltes champêtres et salariales…

Pour  s’offrir aujourd’hui le morceau d’igname qui coutait 200 francs, il faut débourser  5OO FCFA. Le ravitaillement est rationné ; les paysans n’acceptent plus le papier-monnaie. Pour acheter quoique ce soit, il faut se rendre au marché cher.

Un vrai bilan

A quelques mois du début de leur mandat, bon nombre de ces politiciens avec une exception particulière de quelques uns qui sont montés au créneau pour défendre la bonne gouvernance, le respect des droits humains, l’instauration de la vraie démocratie se posent la question de savoir comment convaincre une fois de plus leurs électorats en 2020.

Si en dix ans, ces merveilleux ministres et députés comme ils aiment bien être appelés n’ont rien fait, croyons nous qu’en trois petites année qui restent ils feront des miracles pour émerger?

C’est l’ironie du sort. Quelle méchanceté extrême de ces tenants du pouvoir sans souci d’un peuple longtemps assujetti, appauvri et réduit.

A qui incombe la faute devant cet état de choses? Disons-le, le « peuple orange, blanc, vert » y est pour beaucoup. Le choix de tous ces hommes d’Etat pour le représenter dans les différentes institutions n’était pas bien réfléchi. Fallait-il élire par complaisance ou par sentiment regiono-tribo-clanique? Voici l’erreur commise par notre peuple. Fallait-il sacrifier le destin de toute une nation puisqu’on est de telle ou telle province en choisissant un candidat de son appartenance régionale moins sage ou incompétent soit il? Voila le nez du problème.

Le peuple de Côte d’Ivoire a creusé son propre tombeau de misère en élisant des candidats incompétents sans notion de la bonne gouvernance, du respect des biens publics, des droits humains et ignorants de la culture démocratique. Suite au mauvais choix fait par le peuple lui même, l’Etat   est devenu agonissant et n’existe que de nom. La thèse du Savant Francis Fukuyama qui dit que l’Etat est inexistant en Afrique s’applique bien dans le cas du pays d’Houphouët-Boigny.

La Côte d’Ivoire sombre dans le noir par ignorance du peuple ivoirien lui même qui ne veut pas prendre ses responsabilités en main. Voter par sentiment a des conséquences lourdes pour l’avenir du pays. Tant que le peuple ne se dépassera pas du tribalisme, du régionalisme, du clanisme, de la coterie tribale en élisant des hommes dignes, capables, compétents et responsables pour conduire le destin de notre pays, il nous sera difficile de vivre le changement que nous voulons. Choisissons des responsables politiques qui remplissent toutes les qualités: intellectuelles, morales, familiales, religieuses…

La capitale Yamoussoukro appartient a plus 20 millions d’êtres humains qui souhaiteraient un changement profond dans notre pays. Ce changement n’interviendra que si le peuple prend conscience de son exploitation et de sa misère. L’homme d’Abidjan, la capitale économique, doit éviter les erreurs du passé en posant des actes réfléchis pour ne pas hypothéquer l’avenir du pays. Pour cette raison, les élections prochaines savèrent indispensables dans le choix des candidats compétents et dignes pour gouverner. Choisissons en tenant compte de la moralité, de la compétence, du sens de leadership des hommes politiques que nous élirons. Inspirons nous du récent exemple de la France.

Une prise de conscience nationale sortira ce pays de son tunnel sombre. Sans cela notre pays continuera sa descente aux enfers.

Les hommes au pouvoir que le peuple avait mandatés après les élections dernières ont échoué de satisfaire aux attentes du peuple. Jugeons ce gouvernement et ses acteurs non par leurs intentions mais plutôt par leurs actes et accomplissements. Le bilan de leur mandat est presque négatif et nous soutenons qu’en quelques années, ces politiciens ne pourront rien accomplir de bon pour ce pays. Ils se sont enrichis au détriment du petit peuple et la majorité de cette classe dirigeante ne se préoccupe pas de l’intérêt général mais de leurs propres. Le rare des hommes politiques qui défendent le peuple constitue une minorité prête à être anéantie par les tenants du pouvoir. La balle est dans le camp des électeurs que nous sommes pour juger sévèrement aux prochaines élections cette équipe gouvernementale et de la sanctionner par…

Le peuple doit devenir prudent car ces politiciens qui nous ont complètement déçus chercheront d’autres moyens pour nous convaincre à les élire. Ouvrons nos yeux, compatriotes ivoiriens, l’heure n’est plus au discours et nous devons agir en nous opposant à tous ces politiciens qui nous ont tourné le dos.

L’heure de la politique fiction est révolue et disons non à l’exploitation dont nous sommes victimes de la part de ces tenants du pouvoir. A quand la fin de la misère du peuple de Houphouët-Boigny? Sommes-nous venus dans ce monde pour vivre les injustices comme il en est le cas ailleurs dans les îles ? Ce pays nous appartient tous sans distinction de sexe, de race ou de groupe ethnique. Peuple d’Ivoiriens, réveillons-nous et défendons nos droits.

La Côte d’Ivoire est devenue un pays sinistre, détruit suite à la mauvaise volonté de ceux qui nous gouvernent. La majorité de ceux qui souhaitent que la misère du peuple continue représente pratiquement 95% et la minorité qui lute pour le changement et l’application de la vraie démocratie serait à 5% en terme de proportion. Nous sommes conscients que c’est dans la minorité que sortira un vrai Leader capable de changer l’image du pays et d’en faire  un pays de droit et de justice digne d’être appelé « Côte d’Ivoire ». Prêtons main forte à cette minorité pour que le changement tant attendu par le peuple devienne une réalité.

Les élections prochaines seront pour nous une occasion de dire non à tous ces hommes qui pillent et continuent à piller notre pays pour leurs intérêts égoïstes. Nous voulons de nouveaux jeunes-cadres responsables politiques capables de diriger notre pays avec foi et justice.

Depuis son accession à l’indépendance en Août 1960, la Côte d’Ivoire va d’illusions en illusions, de déception en déboire à cause du manque de volonté politique de ces Politiciens qui ont accompagné Houphouët-Boigny et/ou qui sont venus après lui.

Les intellectuels ont été réduits à zéro et notre peuple est soumis à mener une vie de médiocrité le jour au jour.

C’est le moment de faire preuve de responsabilités pour sortir le pays de cette situation de « ni paix ni guerre ». Pourquoi notre peuple doit continuer avec cette vie de tristesse? Disons non à la médiocrité que nous imposent les tenants actuels du pouvoir. Réveillons nous et refusons les mensonges de ces cadres hypocrites et opposons nous à la prostitution de conscience. L’heure est venue pour que tous les citoyens se réveillent et pensent au destin de notre pays. Ne restons pas passifs  face au péril de notre pays Eléphant.

Prenons nos responsabilités en main et combattons l’océan de corruption, de concussion, de mal gestion et de vol institutionnalisé. Le salut ne viendra que de nous-mêmes, en soumettant tous ses dirigeants à notre volonté. Il est temps pour que les Ivoiriens de tout bord dans l’ensemble (Etudiants, Diplômés au chômage, fonctionnaires sans issue, soldats) et toute la population abandonnée à la misère prennent conscience de leur situation inhumaine et ridicule pour dire non au système injustice qui règne dans ce pays d’Houphouët-Boigny.

L’heure de lâcher les politiciens vedettes sans esprit nationaliste est venue. Elisons des responsables capables de conduire notre pays vers un avenir meilleur et glorieux.  Soyons unis dans nos esprits pour sortir de l’ornière et de la dérive. Balayons tout ce qui est impropre !

Une libre opinion d’Antoine EDO

africanewsquick

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment