11212018Headline:

Administration provisoire en 2013: Voici Pourquoi les Coopec de Cocody et Guiberoua sont sorties du réseau

« L’Union nationale des Coopératives d’épargne et de crédit de Côte d’Ivoire (Unacoopec ci) se porte désormais mieux », a fait savoir Issiaka Savané, administrateur provisoire de cette structure. Il s’en est félicité, le jeudi 19 juillet 2018, à la Riviéra à Cocody, au cours d’un déjeuner de presse.

M. Savané a indiqué que des problèmes de gouvernance et de gestion, qui se sont traduits par des investissement peu performants et un portefeuille de crédit sensiblement compromis, auxquels s’ajoutent des difficultés externes, ont mis à mal l’équilibre financier de cette entreprise. « La prise en considération de ces dysfonctionnements s’est matérialisée par des pertes d’actif qui ont dégradé la situation financière. L’insuffisance de fonds propres et la forte baisse de la trésorerie ont amené les autorités de surveillance, à mettre l’Unacoopec ci sous administration provisoire en septembre 2013, et à requérir un plan de redressement de l’institution », a expliqué M. Savané.

L’Administrateur provisoire de cette société a indiqué qu’à ce jour, 129 secteurs sur les 135 existants, ont fusionné autour de 23/24 Coopec. Il reste donc 6 secteurs dont Guibéroua et 5 du Groupe de Cocody qui refuseraient la fusion. «Lorsque les dirigeants des Coopec faisaient les textes, relativement à la fusion- absorption, ils ont indiqué que la Coopec qui ne veut pas s’inscrire dans la fusion-absoption jusqu’à début janvier 2018, doit sortir du réseau Unacoopec. Ce n’est pas moi qui l’ai écrit, ce sont eux-mêmes qui l’ont écrit. Moi, je n’ai pas participé aux travaux. C’est devenu une obligation pour chacune des Coopec, de rentrer dans la fusion-absorption. Sinon, chacun est libre de souscrire ou non à une faîtière. Ce sont les présidents des Coopec qui ont pris cette résolution. Du coup, celui qui ne s’inscrit pas dans la fusion-absorption, est exclu », a-t-il fait observer.

Par ailleurs, Issiaka Savané a expliqué que le plan de redressement prévoit de recapitaliser le réseau à minima sur trois ans, à hauteur de 40,351 milliards de Fcfa, sur la période 2017-2019. La contribution du sociétariat à l’effort de recapitalisation étant estimée cumulativement à 6,5 milliards de F Cfa au 30 juin 2018.
«A partir de son réseau constitué de 135 points de services répartis sur tout le territoire national, l’Unacoopec-ci offre ses prestations à plus de 750.000 membres actifs. Les ressources collectées auprès de ces derniers, sous forme de dépôts sont de l’ordre de 90 milliards de francs Cfa pour des crédits évalués à 32 milliards au 31 décembre 2017 », a-t-il souligné.
En outre, Il a rappelé que ses missions, en tant qu’administrateur provisoire, sont de parvenir à conformer l’Unaccopec-ci à la réglementation en vigueur ; assurer la continuité de l’exploitation des Coopec non agréées, et régler les dysfonctionnements relevés au niveau organisationnel. Il s’agit de transformer les Coopec structurellement non rentables, en agences ou en guichets, les rattacher à des Coopec mères disposant d’agrément, et de réaliser à terme, un réseau de 24 Coopec agréées.

 

lebabi.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment