10182017Headline:

La France bloque un transfert de 27 milliards de FCFA de Soumaila Cissé – L’ex-Président de l’Uemoa

soumaila cisse

La France bloque un transfert de 27 milliards de FCFA de Soumaila Cissé – L’ex-Président de l’Uemoa victime de l’argent des forages de l’Afd à Dakar…

iGFM – (Dakar) Rebondissement dans l’enquête sur le financement des 300 forages de l’Union économique monétaire ouest-africain (Uemoa) par l’Agence française de développement (Afd), d’un coût de 2,5 milliards de FCfa. L’Institution française qui vient de réceptionner l’audit sur ce marché, bloque un transfert de 27 milliards de FCfa de la Bceao vers Ecobank, par l’opposant malien, Soumaïla Cissé, à l’époque, président de la Commission de l’Uemoa et gestionnaire de l’argent des marchés de l’Afd.

La France vient de bloquer une transaction financière de 27 milliards de FCfa appartenant à l’ex-président de la Commission de l’Union économique monétaire ouest-africain (Uemoa), Soumaïla Cissé. Une manne financière qui devait quitter les caisses de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) pour être logée dans les coffres de Ecobank. Présentement, sur opposition de la France, l’argent est bloqué à la Bceao. Surtout que l’acte de Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition malienne, est intervenu au moment où, l’Agence française de développement (Afd) réceptionnait l’audit qu’elle avait commandité sur l’argent de financement des forages pour les pays de l’Union. Et les grandes lignes de l’audit révèlent que plusieurs puits n’ont pas vu le jour dans certains pays membres de l’Uemoa. C’est le cas du Sénégal où 2,5 milliards de FCfa ont été décaissés pour la réalisation de 300 forages. Bizarrement, plusieurs infrastructures n’ont pas vu le jour et d’autres jugées fictives.

C’est Dov Zerah, à l’époque dirigeant de l’Agence française de développement (Afd), qui voulait élucider certains financements avant la fin de son mandat en juin 2013. Ce promotionnaire du Président Hollande à l’Ena sait que son condisciple n’hésiterait pas à mettre la machine judiciaire en branle contre lui, en cas de faute de gestion. Raison pour laquelle, il avait saisi le président de la Commission de l’Uemoa, Cheikh Hadjibou Soumaré, pour qu’il commandite des audits sur les 2,5 milliards de FCfa investis, au Sénégal pour la construction de forages. Un programme de réalisation de 300 forages qui a été confié à l’Agence d’exécution des travaux d’intérêts publics (Agetip), mais il y a des zones d’ombre dans la réalisation des infrastructures. Les uns avancent que les forages ont été réalisés à moitié, les autres soutiennent que la plupart sont fictifs. Par conséquent, le président de la Commission de l’Uemoa, Cheikh Hadjibou Soumaré, avait donné mandat à la Cour des comptes de l’Union, en octobre 2013, pour qu’elle vienne enquêter à Dakar sur le financement des 300 forages. La Cour des comptes qui a une mission de contrôle de la gestion financière des Organes de I’Uemoa, avait lancé un appel d’offres pour le recrutement d’un ingénieur hydrogéologue ou hydraulicien, pour mener à bien l’enquête. Et l’argent de l’Agence française de développement a été encaissé par l’ex-ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Diop, et la réalisation du projet, sous la supervision de l’ex-ministre en charge de l’Hydraulique, Adama Sall, sans oublier le Directeur général de l’Agetip, Moussa Diarra. Et à l’époque, les fonds ont été mis à la disposition de Soumaïla Cissé, prédécesseur d’Hadjibou Soumaré.

L’Obs mentionnait, dans son édition n°2907 du vendredi 31 mai 2013, que l’Agence française de développement (Afd) a mis à la disposition de l’Union, une subvention d’un montant de soixante millions (60 000 000) d’euros (environ 4 milliards de FCfa) en vue de financer des projets du Fonds d’aide à l’intégration régionale (Fair) et du Programme économique régional (Per) réalisables à partir de 2007, dont le «Programme d’hydraulique villageoise du Sénégal», bénéficiant d’un financement s’élevant à 2 593 479 000 FCfa. Par convention de Maîtrise d’ouvrage déléguée en date du 25 janvier 2008, approuvée par le ministre des Finances du Sénégal, la République du Sénégal et I’Uemoa ont convenu de recourir aux services de l’Agence d’exécution des travaux d’intérêts publics (Agetip), désignée comme Maître d’ouvrage déléguée pour la réalisation de 300 forages positifs équipés de pompes manuelles à motricité humaine dans les régions de Tambacounda, Matam et Kédougou.

apr-news.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment