05292020Headline:

Algérie : le confinement prolongé de 15 jours supplémentaires

Le gouvernement s’offre une quinzaine de jours pour aller plus sereinement vers le déconfinement, notamment après avoir assuré une production nationale de 7 millions de masques par semaine et de 200 000 kits de dépistage.
Contraignant, rebutant, déprimant même, mais obligatoire. La décision du gouvernement de reconduire les mesures de confinement pour une nouvelle quinzaine (jusqu’au 30 mai) n’a pas été facile. Ni à prendre ni à annoncer et elle le sera encore moins à vivre pour ces millions d’Algériens qui espéraient, fortement, retrouver, un tant soit peu, leurs soirées ramadhanesques pour les 10 derniers jours du mois sacré. Cela ne pouvait malheureusement pas être possible en raison du laxisme «assassin» qui a été constaté chez une majorité de citoyens agglutinée pour acheter de la semoule, de la zlabiya, des vêtements de l’Aïd… Son inconscience a provoqué, depuis le début du mois de jeûne, une alarmante hausse des contaminations par le Covid-19. Et, il faut comprendre, aujourd’hui, qu’en ces temps de coronavirus, reprendre son train-train quotidien a un coût: celui de s’auto-imposer le respect de la distanciation et des mesures de prévention ainsi que l’intégration comme seconde nature, des gestes barrières. En Algérie, le non-respect de toutes ces consignes et la transgression répétée du couvre-feu ont retardé les effets du confinement dont l’efficacité se reflète, il faut le relever, dans la discipline exemplaire des Tunisiens. En retardant la stabilité de la courbe de la propagation, les «insoumis» de la santé n’ont fait que retarder la levée du confinement. Pour ce retour à la normale qui se fera obligatoirement de manière graduelle, le président Tebboune et son gouvernement s’y préparent. Ils auront justement une quinzaine de jours pour mieux organiser la reprise. Il s’agit, notamment comme l’a déclaré, hier à Oran, le Premier ministre, d’approvisionner le marché local de 7 millions de masques par semaine. «L’Etat va fournir 7 millions de masques de protection par semaine», a déclaré Djerad dans le cadre de sa visite de travail. Dans deux semaines, l’Algérie aura constitué un stock de bavettes lui permettant de consentir à l’assouplissement des mesures, mais elle aura aussi commencé les tests rapides et à grande échelle puisque le pays s’est lancé dans la production de ces kits à une cadence de 200 000 unités par semaine. Ce sont donc ces moyens que le gouvernement s’offre et qui vont lui permettre d’aller plus sereinement vers le déconfinement. Des moyens qui ne coûteront plus de la devise aux caisses de l’Etat, surtout en cette période d’années de vaches mai-gres. Et à ce propos, le Premier ministre qui considère que les enfants d’Algérie seront à même d’assurer un nouveau départ pour un système politique et économique fondé sur de bonnes bases, a souligné que «l’ère de l’importation tous azimuts est révolue», et que la nouvelle politique du gouvernement s’appuie sur l’encouragement de la production nationale. «Il n’est plus question d’importer tout et n’importe quoi», a déclaré Djerad en marge de sa visite au chantier du nouveau stade olympique d’Oran, mettant l’accent sur les orientations de la nouvelle politique qui s’appuie sur l’encouragement de la production nationale et la rationalisation des dépenses, a-t-il dit. Instruisant l’entreprise chargée de la réalisation de la pelouse du stade à produire le gazon et les substrats localement, le Premier ministre a estimé «qu’il n’est plus question de rester dépendant des entreprises étrangères pour des articles que nous pouvons produire chez nous». Pour revenir à la gestion du déconfinement, il y a lieu de préciser qu’en plus des moyens que l’Etat prépare, il y a aussi la mobilisation citoyenne. à ce propos, le Premier ministre a exhorté, hier, l’ensemble des citoyens à poursuivre le port du masque de protection jusqu’à la fin de cette crise sanitaire, estimant que «c’est une affaire de responsabilité individuelle et collective» et qu’il appartenait à l’ensemble des citoyens de respecter les mesures préventives pour se protéger et protéger leurs familles. Abdelaziz Djerad a également insisté sur l’indispensable mobilisation de tous les Algériens à tous les niveaux pour en finir avec le coronavirus dans un futur proche. Saluant «l’entraide et la solidarité dont a fait preuve le peuple algérien en cette conjoncture, en maintenant la cohésion nationale», Djerad appelle enfin, à s’organiser pour décoller sur des fondements à même d’assurer une assise solide au secteur médical, soutenant que la crise sanitaire a révélé «des compétences capables d’affronter les défis et des élites capables de redresser le pays».

Avec l’expression

Comments

comments

What Next?

Recent Articles