06212018Headline:

Le Sewé Sport en D2; Comment l’argent a tué le club phare de San Pedro: Le président Eugène Diomandé « Il donne des échéances, mais ne les respecte pas »

Le Sewé Sport de San Pedro descend en deuxième division après avoir remporté 3 titres de champion de Côte d’Ivoire (Ph d’archives)
Le Sewé Sport de San Pedro qui a remporté successivement 3 titres de champion de Côte d’Ivoire va faire valoir ses droits en ligue 2 lors de la saison 2018-2019. Pour des difficultés de trésorerie, la formation chère au président Eugène Marie Diomandé rejoint l’enfer.

2012, 2013 et 2014, la belle époque du Sewé Sport de San Pedro. Qu’il est loin le temps où la formation chère au président Eugène Marie Diomandé écrasait tout sur son passage et faisait rêver toute la Côte d’Ivoire. Après avoir décroché consécutivement 3 titres de champion au niveau national, perdu la finale de la Coupe de la Confédération contre Al Ahly en 2014 et remporté la 53ème édition de la Coupe nationale en 2016, le club issu du district du Bas Sassandra a rejoint les ténèbres.

Pour comprendre les raisons de ce déclin, Linfodrome a fait une incursion dans le Bas Sassandra et auprès des joueurs. Selon les premiers acteurs des résultats de l’équipe, les difficultés des Portuaires sont d’ordre financier. Les joueurs trainent 5 mois de d’arriérés de salaire. D’ailleurs, ils ne sont pas les seuls dans cette situation. L’administration et l’encadrement technique cumulent 7 mois d’arriérés de salaire. Même les primes de matches demeurent un luxe. Le club reste devoir au moins 2 primes de matches pour les rares victoires enregistrées cette saison. Certains joueurs attendent impatiemment les primes de signature.

Selon nos sources, le président du Sewé Sport de San Pedro, Eugène Diomandé, ne fait que faire des promesses. Il compte souvent sur des entrées, mais « les joueurs ne voient rien ». « Il donne des échéances, mais il ne les respecte pas. Nous avons fait des réunions pour dire de laisser l’affaire d’argent et que s’il y a des entrées, nous serons payés. Nous avons accepté et joué nos matches. Pour preuve, nous avons gagné l’Africa Sports. Il est venu et nous a appelés pour nous dire qu’il allait nous payer tel jour. Mais il n’a pas respecté sa parole. Quand c’est comme ça, il y a la démotivation et il est difficile d’être régulier aux entrainements. Tout le monde ne vient pas. On joue souvent les matches à 11, 12, 13 au lieu de 18 », nous a confié un joueur sous le couvert de l’anonymat.

Devant l’ampleur de la situation, le président Eugène Diomandé aurait signé une reconnaissance de dette, selon nos sources. « Il reconnait qu’il nous doit. Il dit qu’il va honorer ses engagements. Il serait en France. Aux dernières nouvelles, il serait à Dubaï », nous a confié un autre joueur. Seul le dirigeant Yebarth entend les pleurs des joueurs. Mais que peut-il tout seul ? Où est passé Eugène Diomandé surnommé le magicien du football ivoirien pour sa capacité à décanter les situations, même les plus difficiles ?

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

imatin.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment