05072021Headline:

Crise d’incompréhension au PDCI-RDA : l’origine du mal

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire, Rassemblement démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda) est secoué par un profond malaise qui cache bien de chose. Le diagnostic selon les observateurs avertis de la politique laisse supposer que le mal qui ronge le vieux parti est à son paroxysme.

La direction du Pdci-Rda consciente de la situation avait cru bon de camoufler la colère des uns et des autres avec la célébration des 75 ans. Malheureusement c’était déjà trop tard. Dans le parti du président Henri Konan Bédié, la grogne est de trop. On pourrait simplement dire que tout le monde grogne. Tantôt elle est d’ordre générationnelle, pour dénoncer le cumul de poste ou résulte d’antécédent fâcheux pour ne citer ces quelques cas.

Origine de la crise
Tout part de l’arrestation de militants du Pdci-Rda, le mardi 3 novembre 2020, au domicile du président Bédié à Abidjan, Cocody-les-ambassades dont le secrétaire exécutif en chef de ce parti. L’opération de la police et de la gendarmerie nationale visait les opposants qui la veille s’étaient déclarés favorable à l’insurrection d’un Conseil national de transition (CNT).

Maurice Kakou Guikahué, N’dri Kouadio Pierre Narcisse, directeur de cabinet du président du Pdci-Rda, porte-parole de ce parti et bien d’autres sont arrêtés puis emprisonné à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca). A l’absence de ses poches collaborateurs, le président Bédié procède à des nominations d’intérimaires. Ainsi le professeur Niamkey Koffi est désigné secrétaire exécutif en chef et Ehouman Bernard, directeur de cabinet par intérim de Bédié.

Les choses se passent jusque-là bien jusqu’au retour du professeur Guikahué. Impatient de récupérer son poste, le professeur de cardiologie ignore qu’en son absence « des choses cachées » et compromettantes ont été découvert. On cite la mauvaise gestion des fonds du secrétariat exécutif. Plaintes de cadres sur des marchés gré à gré visant des postes à diverses responsabilités. Il a également mis à nu la mauvaise gestion de fonds à usage commun appartenant au groupe parlementaire du Pdci-Rda.

Guikahué à son retour aux affaires est face à une fronde. Dans le brouillard se cache des jeunes cadres émergents. Ehouman Bernard fait partir de la classe de ces jeunes loups du vieux parti qui n’attendent que leur heure de gloire pour servir le Pdci-Rda et son président. Ceux-ci ne se reconnaissent plus en leur SE en chef en qui ils n’ont plus d’estime.

Ainsi prend forme une guerre générationnelle entre les deux proches collaborateurs du président Bédié. Derrière, l’ingénieur financier de formation et fidèle parmi les fidèles du couple Bédié se cache une génération de cadres impatient de prendre leur place pour la suite du combat au sein du vieux parti dont l’ombre de Guikahué a abondamment étouffé.

Pourtant Bédié avait prévenu Guikahué
La veille de l’élection du nouveau président de l’Assemblée nationale, le président Bédié avait échangé le 29 mars dernier avec les députés de son parti au cours d’une audience à sa résidence à Cocody. A ces élus venus « prendre les conseils d’usage de leur chef », le sphinx de Daoukro avait été très clair.

« Je ne voudrais plus que pour le choix de votre président du groupe parlementaire j’attende des bruits. Parce que pour la dernière fois des gens sont venus se plaindre à moi lorsque vous aviez choisi Guikahué, comme président du groupe parlementaire. Cette fois si vous n’arrivez pas à vous attendre, je vais prendre mes responsabilités pour nommer un président du groupe parlementaire du Pdci-Rda », avait-il averti.

Malheureusement, le secrétaire exécutif en chef du Pdci Rda n’a pas su faire le discernement du message de son patron d’où il tire son échec à briguer un second mandat de président de groupe parlementaire du vieux parti.

En plus d’Ehouman Bernard, Guikahué à sur le dos le groupe du secrétaire exécutif en charge de la communication, de l’information et de la propagande, Jean Louis Billon comprenant la députée de Cocody Yasmina Ouégnin et le député de Marcory Heilms Francois Marcel… La tension gagne du terrain, les regards sont tournés vers le président Bédié, le seul maitre à bord. Va t-il laisser les choses faire et pourrir… l’avenir nous situera. Il lui appartient de prendre ses responsabilités.

Avec afriksoir

Comments

comments

What Next?

Recent Articles