05172022Headline:

Coups d’Etat en Afrique: « je trouve inapproprié de ne critiquer que les militaires », Paul Kagamé

Le président rwandais pense que les coups d’Etat qui surviennent en Afrique de l’ouest ces derniers mois, sont la conséquence d’une mauvaise gouvernance. Il assure qu’il n’est pas juste de s’en prendre uniquement aux militaires putschistes sans penser que les civils ont leur part de responsabilité. Une opinion qui renvoie donc au fait que Paul Kagame estime que Roch Kabore et Alpha Condé ont été déposés parce qu’ils auraient mal gouverné.

Les coups d’Etat en Afrique de l’ouest deviennent récurrents et plusieurs personnes se posent la question de savoir ce qui se passe réellement et quelle serait la cause de cet état de chose. Interrogé sur la situation, le président du Rwanda Paul Kagame, a répondu que « c’est, dans une certaine mesure, le résultat d’une défaillance dans la gouvernance ». Selon lui, « ce n’est pas juste la faute des militaires, les civils ont aussi une responsabilité. Certes, le rôle des militaires n’est pas de conduire ce genre d’action, mais on ne peut ignorer que, dans certains cas, les civils commettent, eux aussi, des actes contestables ».

« Si, sous un gouvernement civil, la situation se détériore et que les gens meurent, que les problèmes s’accumulent et qu’en plus les autorités se servent des militaires pour truquer les élections, qui doit-on blâmer lorsque l’armée renverse ces gouvernements ? Je trouve inapproprié de ne critiquer que les militaires et de ne pas blâmer les civils qui les ont utilisés pour se maintenir au pouvoir. J’imagine que c’est à partir de ce genre d’analyse que certains disent qu’il y a des bons et des mauvais coups d’État », estime Kagame.

Une transition pour régler les problèmes
« Ensuite, même si l’armée trouve des justifications à son action et que les civils en sont au départ satisfaits, il reste une question : les militaires s’appliquent-ils réellement à mettre en place une transition pour régler les problèmes qui les ont amenés à faire leur coup d’État ? C’est cette situation que l’on va suivre de près en Guinée et au Mali », s’interroge le président rwandais.

En ce qui concerne la transition au Mali, la CEDEAO avec l’appuis de la France presse les militaires à vite repasser le pouvoir aux mains des civils à travers des élections très rapidement. Le refus de la junte de suivre ce calendrier qu’elle estime être précipité par rapport aux objectifs liés à ce coup d’Etat et que le peuple malien a soutenu, a amené le pays à être isolé dans la sous région ouest africaines suite aux sanctions de la CEDEAO.

Kagame snobe Alpha Condé et Roch Kabore
Si donc Kagame estime que ces putsch sont la conséquence d’une mauvaise gestion faite par les dirigeants civils; sachant que Roch Kabore du Burkina Faso, Alpha Condé de la Guinée et IBK du Mali ont tous été déposés dans un intervalle de moins de deux ans, et considérant l’opinion de Kagame, il va sans dire que ces dirigeants, ont, à un moment donné, dévié de la trajectoire voulue par le peuple et ont mal géré leur pays. Bref, ils ont fait preuve de mauvaise gestion de la chose publique.

Avec les analyses plutôt bien pensées du président rwandais, il est dans ce cas, important de se poser la question de savoir, pour quelle raison la CEDEAO se précipite toujours à condamner et sanctionner les putschistes plutôt que d’anticiper et trouver le mécanisme pour que cela n’arrive pas. L’organisation devrait se réunir souvent, pas pour seulement sanctionner et condamner les militaires, mais aussi pour faire front contre ceux d’entre les dirigeants de pays membres qui modifient les constitutions, répriment dans le sang les manifestations ou encore font preuve de mauvaise gestion.

Melv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles