10182017Headline:

Côte-d’Ivoire changement de Constitution: Le torchon brûle entre Bédié et Guikahué au PDCI ….ce qui se passe…

bedie-guikahué

changement de Constitution: Le torchon brûle entre Bédié et Guikahué au PDCI » Maurice Kacou Guikahué qui a eu droit aux hommages de KKB pour sa posture actuelle, »

Entre le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié et son secrétaire exécutif en chef, Maurice Kacou Guikahué, plus rien ne va, en dépit des apparences de bonne entente. Le projet de refonte totale de la Constitution ivoirienne initié par le chef de l’exécutif, Alassane Ouattara, constitue la pomme de discorde.

Dans ses premières sorties, alors même que Bédié observait un mutisme, Maurice Kacou Guikahué s’est ouvertementopposé à la rédaction d’une nouvelle constitution pour la Côte d’Ivoire. Le secrétaire exécutif a toujours soutenu, comme bien des députés de son parti, qu’en l’état actuel du pays, une simple révision constitutionnelle, conformément aux propositions de la table-ronde deLinas Marcoussis, convient le mieux. Kacou Guikahué estime que le texte de Marcoussis est le plus consensuel parce qu’il a été paraphé par l’ensemble de la classe politique ivoirienne, y compris le Fpi, en 2003, en France. Ce texte, faut-il le rappeler, prévoyait une nouvelle rédaction de l’article 35, sur les conditions d’éligibilité du président de la République. Le ‘’ou’’ à la place du ‘’et’’ en ce qui concerne les origines des parents du candidat (être né de père ou de mère ivoirien…).

Dans les arcanes du Pdci, ce sujet a suscité et suscite encore un débat entre les‘’réformistes’’ et les ‘’conservateurs’’. Si au grand jour, ils cachent leur aversion pour le projet de Ouattara, des cadres du Pdci, la nuit venue, se transforment en purs pourfendeurs de ce projet qu’ils considèrent comme inopportun et porteur de risque de dérapages pour le pays.

Si pour le moment M. Guikahué ne s’est pas frontalement opposé à son mentor Bédié qu’il essaie de ménager, il nous revient que l’ancien ministre de la Santé d’Houphouët reste figé sur sa position. Il s’était déjà montré intransigeant quant au dossier du retour des partis du Rhdp au sein du Pdci dans le cadre du parti unifié, avant d’être désarmé et désarçonné par Konan Bédié. Cette intransigeance lui avait coûté son poste de président du directoire du Rhdp au profit d’Amadou Soumahoro du Rdr. Et Guikahué n’est pas loin de perdre d’autres lauriers au sein même de la direction du Pdci. Par petites touches, Henri Konan Bédié tente de l’affaiblir.

Ainsi se comprend le remaniement continuel et unilatéral du secrétariat exécutif du parti où le président du Pdci nomme à souhait ses hommes à lui. La dernière nomination en date est celle de Fofana Siandou, un indécrottable bédiéiste, favorable au changement de la constitution. Justement sur ce dossier de la Constitution, Henri Konan Bédié est d’accord avec Alassane Ouattara. Il a donné des instructions fermespour que ses hommes parlent de « nouvelle constitution » au lieu et place de « révision constitutionnelle ». Ce projet de nouvelle constitution vise, outre une reformulation de l’article 35, la levée de l’âge limite pour les candidats à la présidentielle. Toute chose qui relance le rêve de Bédié de redevenir le président de la Côte d’Ivoire et de prendre ainsi une revanche sur l’histoire. Toute la divergence de vue entre Guikahué et son mentor Bédié est à ce niveau. Le secrétaire exécutif du Pdci, selon des proches a aussi des ambitions pour 2020, après avoir fait ses preuves au sein du parti doyen.

Mais, Maurice Kacou Guikahué qui a eu droit aux hommages de KKB pour sa posture actuelle, veut avant toute bataille, conquérir une légitimité par les urnes. Candidat à la députation pour le compte du vieux parti, dans la sous-préfecture de Gagnoa, il multiplie les voyages dans cette localité où il était directeur de campagne d’Alassane Ouattara à la présidentielle. Mais, comme Djédjé Mady qui a mouillé le maillot au sein du Rhdp entre 2005 et 2011 jusqu’à l’avènement de Ouattara au pouvoir, Maurice Kacou Guikahué n’a toujours pas convaincu Ouattara de sa fidélité. Sa trop grande propension à dire les choses telles qu’il les pense, à la différence de l’accommodant Kouassi Adjoumani, y est pour quelque chose. Mais, il devra batailler dur dans sa circonscription pour gagner. Car, selon des indiscrétions, des candidats indépendants suscités pourraient lui barrer la route dans une localité, autrefois bastion du Fpi. Il paierait ainsi pour son « outrecuidance », avant une mise sous l’éteignoir comme l’est aujourd’hui Alphonse Djédjé Mady. Et Bédié n’en serait pas malheureux ! 2020 nous réserve des surprises.

source afrique-jeune24.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment